Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog Caput Draconis

  • : Caput Draconis, ou chroniques d'une géomancienne
  • Caput Draconis, ou chroniques d'une géomancienne
  • : Madame Irma, mais pas que! Chroniques au jour le jour du quotidien d'une voyante géomancienne, il est question ici de voyance, ésotérisme, mais aussi de la vie au quotidien dans toute sa tendance fourre-tout...
  • Contact

Caput Draconis

Recherche

16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 16:35

 

 

 

Hier matin, comme cela m'arrive parfois, j'ai tiré un hexagramme du Yi King pour avoir la "température" de la journée et recevoir le conseil du Livre des mutations. C'est l'hexagramme 52 qui est sorti, Ken, qui signifie l'Immobilisation, la Montagne. Il y est essentiellement question de trouver un moment de quiétude et de méditation, de rester en contact avec notre intériorité afin de renouveler nos forces avant de reprendre la "route" de notre vie. Et comme toujours, ce cher Yi King est tombé en plein dans le mille ! 

Suite à ce tirage, j'ai regardé dans plusieurs livres, et  j'ai trouvé un très beau texte dans l'ouvrage Oracle Tao : L'oracle des transformations de Ma Deva Padma, qui me parle beaucoup. Il concerne bien évidemment spécifiquement la signification de l'hexagramme 52, mais surtout évoque la pratique de la méditation et la nécessité d'un retour régulier à notre intériorité. En voici un extrait :

La méditation est un espace de repos, un processus de renouvellement, allant de l'intérieur vers l'extérieur. Elle implique la cessation de toute tendance à se laisser guider par des automatismes[...].

Au milieu de l'agitation des activités quotidiennes, il y a des moments où on a besoin d'arrêter de penser, pour simplement être. Sans ce retour périodique à soi-même, on risque facilement de trop s'identifier à la position et à la place que l'on occupe au sein du tohu-bohu des affaires de ce monde et de commencer à considérer que tout cela c'est "moi". Dès que vous commencez à croire que la vie ne se déroule que pour satisfaire les exigences de ce "moi", les véritables trésors de votre être sont malheureusement perdus. Ce "moi" croit que le sens de la vie réside dans l'action ; et si vous suivez les diktats de cette croyance, vous vous retrouvez embarqué  dans un voyage long et frustrant, destiné à accomplir une chose qui, en fin de compte, ne fait que vous écarter de votre propre vérité.

Dans la méditation, le point essentiel  consiste à observer tout ce qui s'élève dans l'esprit et à le laisser disparaître. Quand, pour une raison quelconque, des pensées sont joyeuses ou fascinantes, l'esprit a tendance à s'y accrocher ou à y adapter sa vision de la réalité pour les renforcer. Si elles sont, par contre, dérangeantes et pénibles, ce même esprit fait tout pour s'en débarrasser, en les chassant violemment ou en tentant de rejeter la faute sur quelque cause extérieure. Que vos pensées soient joyeuses ou tristes, le mental cherche donc à se positionner vis-à-vis d'elles et à élaborer des stratégies pour les utiliser, d'une façon ou d'une autre, en fonction de ses préférences.

La méditation est un moyen de sortir du mental, de mettre de côté les modes de pensée privilégiés qui nous distraient d'une vie en harmonie avec le Tao. Le réel trésor que nous cherchons a toujours été à portée de main mais nous ne pouvons réaliser cela qu'en regardant  les choses du haut de la montagne intérieure. Une fois que vous êtes à nouveau en contact  avec ce trésor essentiel, il est alors facile de sortir de toutes les difficultés qui avaient pris le dessus sur votre attention.

La méditation ne doit pas être une affaire sérieuse, difficile à gérer ; elle est, au contraire, aussi naturelle que la respiration et aussi vivifiante que l'air frais de la montagne.

Personnellement, j'adore "méditer" en marchant ou en nageant, ces moments avec moi-même sont bien trop rares en ce moment mais très précieux par tout ce  qu'ils génèrent en termes de créativité et d'harmonie intérieure. Et vous ?

 

Source : Oracle Tao : L'oracle des transformations de Ma Deva Padma (Editions du Gange, 2004)

Crédit photo : http://www.boudry.net/yi-king.html

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

agnes 19/10/2010 22:06



bon et bien je me lance aussi ; )


j'aime bien ton blog, je ne comprends pas tout mais je vais persévérer ; )


merci


j'inspire, j'expire... ; )



Florence 20/10/2010 22:35



Ca ne sera pas plus dur de me lire que de pratiquer le yoga, je te le promets ! Comme ça le "zozotérisme" a l'air parfois abscons, mais en fait non, c'est juste une question de
musculature mentale ... Je suis très flattée en tous cas que tu passes par ici, bienvenue !



Florence 20/09/2010 23:27



Je médite en étant allongée confortablement sans rien faire.


Avant de commencer un travail sur moi et sur le corps, je passais beaucoup de temps l'été allongée sous un parasol sans rien faire. Cela faisait hurler mon entourage et je récoltais des jugements
pas très sympas, mais je savais que j'avais besoin de ça.


En fait, c'était le seul moment pour moi dans l'année où je j'arrivais à me poser pour faire le bilan de l'année écoulée, voir ce que j'avais envie de changer. J'ai conçu beaucoup de projets dans
ces moments là.


Aujourd'hui, méditer ou tout simplement me poser fait partie de mon hygiène de vie.


Sinon, lorsque je marche, je regarde trop tout ce qui se passe autour de moi (surtout en pleine nature) en commentant bien sûr ;))



Florence 21/09/2010 23:25



Merci beaucoup pour ce témoignage, Florence. Par peur d'être mal considéré(e), l'image extérieure de "non action" de la méditation étant celle de la paresse, on se met trop souvent la
pression à soi-même et on s'oublie. Alors que se raccorder régulièrement à soi-même est en réalité le meilleur moyen d'être réceptif au monde dans son ensemble. J'ai tendance à penser que nous
avons tous grand besoin de ces moments où "on ne fait rien", et fort heureusement de plus en plus de personnes partagent ce sentiment. 


Quant au rôle essentiel de la méditation dans l'acte créatif, il est ô combien important... Tel Mozart qui composa plusieurs morceaux après les avoir rêvés !


Merci encore pour ce commentaire.