Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog Caput Draconis

  • : Caput Draconis, ou chroniques d'une géomancienne
  • Caput Draconis, ou chroniques d'une géomancienne
  • : Madame Irma, mais pas que! Chroniques au jour le jour du quotidien d'une voyante géomancienne, il est question ici de voyance, ésotérisme, mais aussi de la vie au quotidien dans toute sa tendance fourre-tout...
  • Contact

Caput Draconis

Recherche

19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 15:10


Ca fait longtemps que je voulais vous parler de ce très beau livre de Goran Petrović (publié aux éditions du Rocher, et en Poche aux Editions Le Serpent à Plumes), mais comme on fait mieux comme critique littéraire que moi , petite présentation par l'éditeur d'abord (quatrième de couverture) :

Lire n'est pas une activité douillette et innocente. C'est aussi vivre, parfois dangereusement, comme le montrent les aventures extraordinaires des personnages de ce roman, lecteurs passionnés qui mènent une double vie, circulent entre leur réalité quotidienne et leurs lectures, se rencontrent dans ces deux dimensions.

Ainsi Adam, étudiant en lettres et correcteur intérimaire, se voit confier un travail singulier : remanier, pour le compte d'obscurs clients et pour des raisons qu'il lui faudra élucider, un vieux livre mystérieux. Se plongeant littéralement dans ce texte, il s'aperçoit vite qu'il n'est pas seul. D'autres lecteurs le hantent, parmi lesquels une vieille dame excentrique, un ancien agent d'une section très spéciale des services secrets, une jeune fille au parfum câlin...

L'histoire surprenante que tisse ce roman est un éloge ludique des grands espaces de la lecture sans lesquels certains de nous ne sauraient respirer.

Goran Petrović est un auteur serbe né en 1961. Il est bibliothécaire et publie nouvelles et romans depuis 1989. Soixante-neuf tiroirs (dont le titre serbe pourrait se traduire littéralement La boutique "A la main heureuse") a été publié en 2000 et remporté l'un des plus prestigieux prix littéraires du pays, le Prix NIN. Ce roman est le premier qui a été traduit en français, depuis un second a été publié dans notre langue, Le siège de l'Eglise Saint -Sauveur.

Ce qui m'a rendue amoureuse de son roman, c'est qu'il raconte, littéralement, ce que vit tout lecteur qui se "plonge" dans un livre. J'ai eu l'impression, en le lisant, d'accompagner ses personnages dans l'univers incroyable du livre où ils ont choisi de se perdre... pour mieux se rencontrer. J'étais vraiment dans cette maison, ce jardin qu'il décrit, et plus loin encore. Ce livre m'a fait rêver comme peu l'ont fait jusqu'ici, car j'y ai retrouvé tout ce que je vis quand je lis avec passion, quand je me retrouve totalement dans l'univers d'un roman et d'un auteur. On y trouve une vraie dimension fantastique tout autant que poétique, car ici c'est l'imagination qui fait tout, et qui recrée un réel plus vrai que notre réalité. Le style est fluide, précis, en quelques mots l'auteur nous campe un lieu, une situation, un personnage. Du grand art, et un auteur à lire, absolument !

Je vous souhaite une excellente lecture.

Partager cet article

Repost 0
Florence Florence - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires